A l’heure où la sortie des voitures automatisées bat son plein, il importe de se pencher sur la faisabilité de cet ambitieux projet. Bien qu’enthousiastes et confiants, les constructeurs restent réalistes et reconnaissent à l’unanimité qu’il reste encore des efforts à faire pour que les voitures entièrement automatisées soient lancées sur nos routes.

Une phase pilote de conduite mixte annoncée par les constructeurs

Le constructeur Volvo qui prévoit sortir des véhicules automatisés en 2014, fait une précision de taille. Il indique clairement que ses voitures rouleront en mode automatique à une vitesse maximum de 50 km/h. C’est le même son de cloche du côté de Renault, le constructeur français dont les premières voitures automatisées sont attendues pour 2018. Pour lui, les véhicules entièrement automatisés ne sont pas prêts de sortir. Cela dit, tous les constructeurs préfèrent passer par une phase pilote avec des modèles de conduite mixte permettant d’apprécier peu à peu les capacités de la voiture automatisée.

Une idée des principaux problèmes à résoudre

Plus avancé dans le volet « Recherches & Développement » sur les logiciels pour voitures automatisées aux États-Unis, le géant Google dont les essais sont très concluants, reste tout de même prudent. Mieux, il lève le voile sur d’importants problèmes techniques à résoudre avant le lancement de la voiture totalement automatisée.

Quelle réaction dans une zone au tracé modifié et non mis à jour ?

Pour des raisons diverses, le tracé de certaines zones peut être modifié. Très souvent, il s’écoule un certain temps (parfois considérable) entre la modification du trajet sur une zone et la mise à jour correspondante sur les données cartographiques consultées et utilisées par GPS. Comment réagira le véhicule entièrement automatisé en pareille situation ? Les chercheurs se penchent encore sur ce cas.

Quel comportement adopter en zone d’accident ou en chantier ?

Lors d’un accident ou de travaux ponctuels sur la voirie, des hommes (généralement des agents de police) sont chargés de gérer la circulation. Plutôt réglés pour comprendre le comportement des autres voitures et des panneaux, les véhicules automatisés auront du mal à apprécier les indications de ces humains.

Que faire en cas de neige ?

La circulation des voitures 100 % automatisées en hiver serait problématique de l’avis du géant Google. Le problème majeur est la visibilité des lignes tracées sur la chaussée. Elles deviennent quasiment invisibles lorsqu’il neige. Pourtant, les véhicules automatisées s’y réfèrent principalement pour rouler.