Allemagne, Italie, Norvège, autant de pays qui, depuis quelques années, ont testé le radar tronçon avec une réussite certaine sur leur taux de mortalité routière. La France y est venue ce week-end à Besançon.

Le principe de fonctionnement.

Le principe est simple. Sur une portion de deux kilomètres, un radar vous prend en photo. Il détermine votre heure de passage aux deux points et calcule ainsi votre vitesse moyenne. Si celle-ci dépasse la limite autorisée, votre plaque d’immatriculation lui fournira l’enveloppe timbrée qui vous fera parvenir la contravention.

Quelle efficacité ?

Dans l’absolu, nous ne pouvons que nous réjouir de nouvelles solutions qui permettent de faire baisser la mortalité routière. Toutefois, si l’intention est bonne, si la technique force à lever le pied sur une distance bien plus longue qu’avec un simple radar, le relevé des infractions est quant à lui plus étonnant. Selon les sources, il y aurait entre 40 et 150 contrevenants par jour depuis le début. Un nombre impressionnant et vague quand on sait que le radar-tronçon n’est pas une surprise pour les automobilistes et qu’une cabine fixe ne flashe que 15 fois par jour. Une efficacité à mettre à l’épreuve du moyen terme pour juger de la justesse des premiers résultats.

A découvrir

découvrez les rumeurs concernant la disparition de la nissan gt-r, le retour de la ford rs200 et du coupé toyota mr2 dans le monde de l'automobile.