La très attendue réforme du permis de conduire a enfin été dévoilée vendredi 13 juin par Bernard Cazeneuve, ministre de l’intérieur. Pourquoi cette réforme est-elle autant attendue ? Nous n’allons pas vous apprendre que passer son permis de conduire est un réel parcours du combattant. Tout d’abord cela représente un coût très important. Ensuite, les délais pour passer son permis sont extrêmement longs. La réforme va donc tenter de remédier à ces deux problèmes.

Que prévoit cette réforme ?

Cette réforme prévoit plusieurs mesures, et notamment celle de pouvoir commencer la conduite accompagnée à 15 ans (elle est aujourd’hui fixée à 16 ans) et de pouvoir ainsi passer son permis à 17 ans et demi. Ceux n’ayant pas bénéficié de cette conduite accompagnée devront attendre leurs 18 ans comme cela est le cas aujourd’hui. De plus, le ministre de l’intérieur propose que soient dispensés des cours de sécurité routière pour les élèves de seconde.

Cette réforme prévoit également de réduire la durée de passation du permis de conduire de 35 à 32 minutes. Par quel moyen ? En supprimant des étapes jugées « inutiles » comme celle de la manœuvre. Cela permettrait ainsi d’augmenter le nombre de personnes passant leur permis de conduire par jour.

Enfin, la réforme prévoit de libérer les inspecteurs du permis de leur tâche de surveillance aux examens du code pour lesquels ils consacrent aujourd’hui une grande partie de leur travail. Par cette mesure, Bernard Cazeneuve entend les rendre davantage disponibles pour les épreuves de conduite et réduire ainsi les délais d’attente pour ceux ayant échoué à leur permis la première fois. Cela permettrait ainsi de réduire le coût du permis pour ces personnes qui, dans l’attente de le passer à nouveau, doivent aujourd’hui payer des heures de conduite supplémentaires.

Les syndicats d’inspecteur  du permis de conduire dénoncent cette réforme

Qu’adviendrait-il de la surveillance du code ? Elle serait privatisée à partir de 2015. Sans que cela n’engendre de coût supplémentaire pour les candidats. Les syndicats d’inspecteurs ont dénoncé cette privatisation avec laquelle ils ne sont pas en accord et menacent de faire grève.

Affaire à suivre donc !

Crédit photo: http://www.immigrer-contact.com/