Même si le ministère de l’Intérieur se dit favorable à une réduction de la vitesse sur le périphérique parisien, passant de 80 à 70 km/h, aucune décision définitive ne sera prise avant la fin des concertations planifiées jusqu’en octobre, au sujet de la protection de l’atmosphère.

Le maire de Paris insiste sur ce sujet

Lors du dernier conseil de Paris, Bertrand Delanoë, maire de Paris, a refait une nouvelle fois sa demande au gouvernement concernant la limitation de la vitesse sur le périphérique parisien à 70 km/h.

Les bienfaits d’une baisse de la vitesse

Les avantages sont évidents en terme de sécurité routière. De plus, elle entrerait également dans le cadre d’une lutte contre la pollution atmosphérique et sonore.
D’après certaines estimations, cette limitation de 10km/h permettrait de diminuer de 30 % les individus exposés à des nuisances sonores le jour dépassant les limites recommandées, et de 55% pour la nuit.

Le périphérique parisien mesure 35 kilomètres de long, sur lesquels circulent 1,1 million de véhicules chaque jour.
En outre, selon la Préfecture de police, 1 accident sur deux est provoqué par une vitesse trop élevée, d’où en plus de cette limitation, un doublement du nombre de radars sur le périphérique.

La même mesure appliquée ailleurs en France

A Nantes, la vitesse de deux parties du périphérique vont passer de 90 à 70 km/h afin de permettre un meilleur trafic routier,une diminution de la pollution de l’air et d’aider à lutter contre les nuisances sonores.