Si auparavant, le turbocompresseur était réservé aux véhicules sportifs, son utilisation s’est rapidement généralisée. De plus en plus de constructeurs auto installent dans les voitures récentes cet élément qui augmente de façon considérable la puissance du moteur. Depuis quelques temps, un nouveau type de turbocompresseur se découvre sur le marché. Il s’agit du fameux turbocompresseur à géométrie variable ou TGV. Vous pouvez trouver facilement ce type de turbo auprès des magasins auto spécialisés comme Mister Turbo.

Quel est son rôle et comment fonctionne-t-il ?

Le turbocompresseur à géométrie variable n’est autre que cet élément assurant la compression de l’air dans le collecteur d’admission afin de mieux remplir le cylindre. L’air comprimé est ensuite envoyé dans le moteur puis ce dernier produit une combustion pour fonctionner. Pour qu’il y ait combustion, un mélange d’air et de carburant doit être brûlé par l’étincelle émanant des bougies.

Grâce à la présence d’un turbocompresseur à géométrie variable, le débit est régulé et la circulation des gaz d’échappement est modifiée. Ainsi, la puissance du moteur est augmentée sans qu’il ne s’étouffe. En effet, le turbocompresseur à géométrie variable fonctionne comme un moulin et avale les gaz d’échappement. Sa turbine envoie ensuite de l’air sous pression dans le circuit d’admission pour un gain de puissance remarquable.

Particularités d’un turbocompresseur à géométrie variable

Pour comprendre le fonctionnement d’un turbocompresseur à géométrie variable, il faut savoir que la pression du turbo dans le circuit d’admission doit être régulée afin d’éviter que le moteur ne se détériore. Cette régulation se fait automatiquement avec le turbocompresseur à géométrie variable, car ce dernier est équipé d’un système de régulation composé notamment d’ailettes articulées pilotées par un moteur électronique.

Pour ces raisons, de plus en plus de constructeurs auto préfèrent installer un turbocompresseur à géométrie variable sur les véhicules récents plutôt qu’un turbocompresseur classique.

Crédit photo : http://sf2.viepratique.fr