Changer de véhicule ou en acquérir un pour la première fois est l’occasion de se pencher sur les garanties et les options qui couvriront son usage et les risques qui pèsent sur lui. Mais comment choisir une bonne assurance auto ? Quels sont les pièges et les écueils à éviter ? Sur quels critères faut-il se baser afin de faire le choix le plus adapté à vos besoins ? On vous apporte des réponses au fil de cet article.

Assurance auto au tiers : une obligation légale

En tant qu’automobiliste, vous êtes tenu par la loi d’être au moins couvert par une assurance auto au tiers. C’est la garantie de base, aussi connue sous le nom de « responsabilité civile », qui concerne tous les dégâts susceptibles d’être causés à un autre conducteur ou à son véhicule au cours d’un accident. Elle touche également d’éventuels cyclistes ou piétons impliqués dans une collision dont vous seriez responsable.

Evidemment, cette solution est un minimum, et elle ne permet pas de couvrir la majorité des risques qui pèsent sur votre situation de conducteur. Si vous le souhaitez, vous pouvez donc opter pour un contrat « tous risques », mais le danger est ici de cotiser pour des garanties qui ne vous concernent pas. Le mieux est encore peut-être d’opter pour une formule intermédiaire.

Opter pour les bonnes garanties et options

En choisissant une assurance auto intermédiaire, vous pouvez adapter votre contrat en fonction de votre voiture et de l’usage que vous en faites. De base, les compagnies proposent des formules incluant systématiquement certaines garanties classiques :

  • Dommage
  • Vol
  • Incendie
  • Bris de glace

Mais libre à vous d’y ajouter un certain nombre d’options complémentaires, telles que l’assistance 0km qui vous procurera une aide dans le cas où votre véhicule tombe en panne près de chez vous. L’option véhicule de remplacement peut également être d’un grand secours, au même titre que la protection juridique. Cette dernière vous apportera un soutien et couvrira tous les frais liés à un litige vous opposant à un tiers.

Vous pouvez également opter pour l’option au kilomètre, qui limitera vos cotisations en fonction d’un plafond de kilomètres parcourus par votre voiture au cours de l’année. Si vous dépassez ce seuil, vous devrez payer une pénalité à votre assureur en cas de sinistre ou à l’issue des vérifications annuelles. A l’inverse, les kilomètres non parcourus pourront vous être remboursés ou reportés sur l’année suivante.

Les pièges à éviter pour choisir la bonne formule

Le premier critère de sélection demeure bien sur le montant de votre prime d’assurance auto. Soyez particulièrement attentif aux franchises proposées par votre assureur. Si ces dernières permettent de réduire le montant de vos cotisations mensuelles, gardez à l’esprit qu’elles correspondent avant tout à des seuils non remboursés par votre compagnie en cas de sinistre. Vous pourriez donc vous retrouver en difficulté à l’issue d’un incident si la franchise est trop élevée.

Par ailleurs, si vous êtes jeune conducteur, vous êtes considéré comme conducteur à risque. De fait, une surprime s’appliquera à votre situation durant les trois ans qui suivront l’acquisition de votre première voiture.

Plusieurs moyens existent pour limiter cette majoration, comme par exemple avoir passé votre permis avec la conduite accompagnée, ou encore vous inscrire sur l’assurance auto de vos parents en tant que conducteur secondaire. Le simple fait de choisir la compagnie déjà privilégiée par ces derniers vous permettra de réduire la dépense.

Vous pouvez aussi vous orienter vers des formules différentes comme l’assurance auto connectée (plus d’infos ici).