Problématiques en vue pour l’industrie automobile hexagonale en 2024

2023 aura été une année en demi-teinte pour le secteur automobile français. Malgré une croissance appréciable, une ombre pèse sur le futur du marché avec un déclin notable dans les prises de commandes, présageant des difficultés pour l’année 2024.

La Renault Clio en tête des ventes, mais des prévisions moroses

Avec une progression de 16,1% par rapport à l’année précédente, 2023 s’affirme comme l’année la plus prospère de la décennie actuelle, bien que les niveaux-record de 2019 restent inégalés. Néanmoins, malgré la confiance des vendeurs suite à cette croissance, l’anticipation pour 2024 n’est pas des plus optimistes, étant donné la chute des commandes enregistrée.

Les statistiques véhiculent une réalité inquiétante : une régression de 8,9% des commandes a été enregistrée en 2023 par rapport à l’année 2022, soit 159 457 commandes de moins. Ce phénomène contraste fortement avec la hausse substantielle de 17,5% observée en 2022 par rapport à 2021. Étant donné que les commandes préfigurent généralement les tendances de vente futures, ce déclin laisse présager un affaiblissement des ventes pour 2024.

Un brin d’espoir subsiste

L’année 2023 s’est toutefois clôturée sur une note positive avec une hausse des commandes en juillet (+3,1%) et en fin d’année (+8,2% en novembre et +10,6% en décembre). Ces soubresauts pourraient rimer avec des achats anticipés de voitures électriques avant la suppression du bonus écologique en 2024. Les consommateurs semblaient donc se hâter d’acquérir des modèles provenant de marques telles que les fabricants chinois qui bénéficiaient encore de ce bonus.

En conclusion

Le marché automobile français fait face à une période de turbulence, avec une contraction des commandes qui pourrait freiner son dynamisme. Les acteurs de l’industrie restent cependant attentifs à l’évolution de la situation, prêts à saisir les signes de redressement potentiel à venir.

A découvrir