Le 29 novembre marque la réunion du CNSR (Conseil National de la Sécurité Routière) pour faire un point sur les nouvelles propositions de loi avant de les présenter au Ministre de l’Intérieur, Manuel Valls. Reste à savoir lesquelles vont finalement être retenues par le gouvernement.
A l’ordre du jour, des mesures facilement acceptables par les associations d’automobilistes et d’autres qui risquent bien de faire sortir de leusr gonds lesreprésentants.

Une journée des victimes

Il fallait y penser mais pourquoi pas ? Marquer le coup par l’instauration d’une journée des victimes d’accident de la route le 22 février permettra peut être de rappeler à tous les dangers des conduites irresponsables.

L’obligation d’une formation aux premiers secours

Il est possible qu’il soit bientôt obligatoire de suivre une formation aux premiers secours pour obtenir son permis de conduire. Enfin une disposition qui n’est pas uniquement dans la répression mais dans la solidarité humaine et qui pourra permettre de sauver de nombreuses vies en attendant l’arrivée des secours sur place.

Des éthylotests anti-démarrage

Désormais, votre voiture pourrait tout simplement ne pas démarrer si l’éthylotest intégré s’avère être positif. C’est le dispositif de sécurité que la commission propose d’installer dans un premier temps sur les voitures dont les automobilistes ont déjà été condamnés pour conduite en état d’ivresse.

La mise en place d’une interfile pour les motards

La proposition est d’expérimenter ce nouveau dispositif sur certaines autoroutes dans le cadre d’embouteillages et avec une limite de vitesse à 50km/heure. L’idée est de permettre aux deux roues de pouvoir remonter en toute sécurité les files de voitures lors des fortes affluences de traffic.

La limitation à 80km/h sur les routes secondaires

Selon la CNSR le fait d’abaisser la vitesse sur les routes secondaires de 90km/h à 80km/h permettrait de sauver entre 210 et 400 vies.